Le numérique : appréhension et profit

Le 18 et 19 juin 2014, une Masterclass s’intéressant à la méthodologie de recherche et à la culture numérique s’est tenue dans les locaux de l’Université Saint Joseph, à Beyrouth.

A peine Messieurs Marin Dacos et Alexandre Geffen ont-ils secoué le bateau que j’ai eu le mal de mer. Un tsunami de données et de métadonnées a déferlé dans la master class. Comment alors naviguer sur Web et travailler sur Framapad alors que je ne sais pas nager !

L’inquiétude mêlée d’enthousiasme m’a poussée à poser plus de questions et à demander aux formateurs d’aller un peu plus lentement. Dans la matinée du premier jour, j’ai pénétré avec beaucoup de précaution dans le monde du numérique.

Suite à ces deux journées aussi riches qu’intéressantes,  j’ai été initiée à une culture au sens large du terme. J’ai pu également en tirer un profit indéniable.

En effet, cette Masterclass est venue basculer toute ma méthodologie de recherche : j’ai réalisé que Google n’est pas le seul site consultable, surtout pour des recherches avancées et plus spécialisées. Les formateurs nous ont parlé d’autres sites et des plateformes très intéressantes comme Fabula, Isidore, Calenda que j’ai eu hâte à consulter. Du coup, je suis tombée sur une série d’articles,  de recherches et de thèses en ligne en relation avec mon sujet de thèse. Je tiens à noter également que  la recherche en elle-même était plus pertinente et plus scientifique, parce que le site précise nom, source et date. Il propose en plus un résumé du contenu de l’étude et au cas où celui-ci m’intéresse, je peux accéder au document dans son intégralité.    

En outre, et à un autre niveau, j’ai pu profiter du débat qui s’est lancé sur la fiabilité de Wikipedia. J’ai mieux compris comment je peux modifier une infirmation qui apparait et comment voir qui a changé quoi.

Au cours de cette Masterclass, j’ai également appris que pour sauvegarder un document, je devrais le faire sur open office (OODT, un logiciel libre) et ne pas me contenter d’un fichier Word qui possède une recette secrète.

Enfin, la création d’un carnet de recherche sur hypotheses.org, propre à la Masterclass était pour moi un rêve qui venait d’être réalisé !   Le concept de carnet m’a paru en lui même intéressant parce qu’il nous permet de publier librement des contenus sans médiateur. C’est une communication scientifique directe qui révolutionne l’accès à l’information.  Quel bonheur de rédiger un billet ou un article et de pouvoir échanger avec les autres ! Pour moi, c’était l’étape la plus déterminante qui m’a permis de rentrer dans les dédales d’Internet.

En guise de conclusion, il me semble que ces deux journées étaient pour moi une sorte d’initiation au numérique, à ce nouveau monde qui émerge et qui me pousse à pointer une série de questions qui mériteraient réflexion et méditation : avons-nous changé d’époque ? Le numérique nous entrainera –t-il  à penser autrement ? Quelles sont les faces cachées de cette révolution technologique ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *