Résumé de thèse

Quel référentiel pour les étudiants en médecine dentaire à la lumière du projet FSP ?

Notre projet de thèse propose de mettre en place un référentiel de langue à destination des étudiants de la faculté de Médecine dentaire à l’Université Libanaise. Pour ce faire, notre travail a été divisé en trois grandes parties. La première tente de retracer l’histoire des méthodologies de la didactique des langues allant du français au service des militaires, passant par le français au service de la spécialité, puis à celui de la profession. Nous avons montré, au fur et à mesure de leur évolution, les avantages et les inconvénients que présenterait chacune d’elles si on l’adoptait au sein de la faculté en question. Cela nous a poussés à chercher une nouvelle méthodologie qui répondrait aux besoins des apprenants concernés et qu’on propose d’appeler le français sur objectif professionnel. Nous entendons par ce dernier l’ingénierie de formation qui est la mise en place de programmes visant, par le biais du français, l’acquisition des compétences de communication d’une part ; et d’autre part, la professionnalisation et la préparation à la pratique du métier, qu’un groupe de personnes en formation ou en exercice désire acquérir dans le contexte de son pays d’origine.

Pour justifier notre choix, nous avons effectué, dans un deuxième temps, une étude de l’état des lieux à la faculté. Nous avons passé en vue la situation de tous les acteurs qui interviennent dans le processus de formation en langue, à savoir l’administration, les enseignants, les formateurs et enfin les étudiants. Nous avons également mis en relief le travail colossal réalisé dans les années précédentes dans le cadre du projet FSP 2004/4 et montré que les efforts fournis par le Bureau des Langues (BDL) de l’UL n’étaient pas à la hauteur de la responsabilité de formation des enseignants chargés de cours.  Pour aider à combler cette lacune, nous avons suggéré, dans la troisième partie, une ingénierie de formation qui propose un référentiel « métier chirurgien-dentiste » détaillé, un référentiel « compétences professionnelles » et un autre de langue à partir desquels le BDL et les formateurs peuvent s’inspirer pour mettre en place leur formation. Or, comme nous l’avons vu, cela pose nécessairement le problème de l’évaluation transversale et celui de la certification pratiquement injustes dans une logique d’un enseignement du français qui se veut professionnel, contextualisé et sur mesure.

Cette problématique remet en question notre système éducatif et nous invite à y réfléchir à la lumière des pratiques enseignantes adaptées aux besoins du marché de l’emploi qui, lui, exige une polyvalence linguistique et professionnelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *