A propos calarge

Enseignant de la langue française à l’université Formateur de formateurs, conseiller pédagogique et conférencier.

Humanites numeriques

Chères toutes, chers tous,

L’Ecole doctorale en Lettres, Sciences Humaines et Sociales de l’Université Libanaise a consacré l’après-midi du vendredi 16 janvier 2015 pour réfléchir sur la question de la culture numérique, ou plus particulièrement des « humanités numériques », et ses outils.

Trois interventions ont eu lieu :

Pour commencer, Fady CALARGÉ, a proposé une définition de la culture numérique. De plus il a expliqué les concepts clés de cette appellation liée intimement aux outils que la nouvelle technologie met à la disposition de tout chercheur. Ensuite, il a présenté le site de la Master Class de Beyrouth qui a eu lieu les 18 et 19 juin 2014 à l’Université Saint Joseph et le 20 juin à l’Université Libanaise. Il a présenté également le « Groupe de chercheurs interuniversitaires francophones (GCIF) ». Il s’agit d’un groupe que les doctorants ayant suivi la Master Class ont créé sur Facebook. Il a enfin ouvert un horizon en posant la question de savoir pourquoi il y a eu échec au niveau de l’utilisation de ces outils technologiques dans certains pays.

En deuxième lieu, Fatima DAMAJ. Pour une meilleure interaction avec le public présent, elle a jugé bon de corréler ce qui a été dit de cette encyclopédie en ligne lors de la Master class avec le débat  qui l’a suivie lors des tables rondes et d’évoquer le rôle de la langue arabe sur ce site.

Suite à une présentation générale du logiciel Wikipédia, elle a énuméré les étapes à suivre pour modifier le contenu d’une page. Elle a, en outre, parlé de la langue arabe qui figure au 27 ème rang avec 154 mille articles tout en sachant que les arabophones comptent 354 millions dans le monde !

Enfin, dans la dernière partie, elle  a lancé une des problématiques qui  ne cessent d’alimenter les réflexions sur ce qui est connu sous le nom de « open Edition » : la démocratisation de l’information favorise- t-elle la construction d’une culture ou, au contraire, engendre-t-elle le chaos ?

Enfin, Ziad JALBOUT, a présenté le programme de gestion des références Endnote. Son intervention s’est caractérisée par son côté pratique. Il a expliqué, étape par étape, comment on fait entrer les références d’une bibliographie et comment les organiser pour enfin les intégrer à un document Word.

Le public n’a pas manqué d’interaction. Certains ont posé le problème de la difficulté de l’utilisation de ces outils de la nouvelle technologie en langue arabe. Pour d’autres, le problème du manque de contact entre les membres de la communauté scientifique libanaise est un véritable handicap. Enfin, pour la majorité, une formation d’initiation à l’utilisation de ces outils technologiques est nécessaire. Bref, un bon contenu qui pourrait servir à planifier de prochaines activités académiques.

Comme convenu avec les personnes présentes à cette demi-journée, je vous envoie, en pièces jointes, les présentations PowerPoint des trois intervenants.

Bien cordialement.

Fady CALARGE

1. MasterClass de Beyrouth2. Wikipedia3. Wiki4. Endnote

IMG_3434 IMG_3443 IMG_3447

Demi-journee consacree a la Master class

Chères doctorant(e)s des différentes spécialités en Sciences Humaines,

Vous êtes cordialement invité(e)s à la demi-journée consacrée à la Master Class de Beyrouth.

Cette dernière aura lieu le vendredi 16 janvier 2015 à partir de 15h à l’école doctorale de l’Université Libanaise à Sin El Fil (derrière l’hôpital du Levant)

Au programme :

– فادي كلارجي: « الموقع الالكتروني للماستر كلاس: تعريف ومضمون »

– فاطمة دمج: « مسألة الموسوعة الالكترونية ومسؤولية المستخدم ».

– زياد جلبوط: « مدخل الى برنامج إدارة وتنظيم المراجع ENDNOTE

Au plaisir de vous voir nombreux.

Fady.

Résumé de thèse

Quel référentiel pour les étudiants en médecine dentaire à la lumière du projet FSP ?

Notre projet de thèse propose de mettre en place un référentiel de langue à destination des étudiants de la faculté de Médecine dentaire à l’Université Libanaise. Pour ce faire, notre travail a été divisé en trois grandes parties. La première tente de retracer l’histoire des méthodologies de la didactique des langues allant du français au service des militaires, passant par le français au service de la spécialité, puis à celui de la profession. Nous avons montré, au fur et à mesure de leur évolution, les avantages et les inconvénients que présenterait chacune d’elles si on l’adoptait au sein de la faculté en question. Cela nous a poussés à chercher une nouvelle méthodologie qui répondrait aux besoins des apprenants concernés et qu’on propose d’appeler le français sur objectif professionnel. Nous entendons par ce dernier l’ingénierie de formation qui est la mise en place de programmes visant, par le biais du français, l’acquisition des compétences de communication d’une part ; et d’autre part, la professionnalisation et la préparation à la pratique du métier, qu’un groupe de personnes en formation ou en exercice désire acquérir dans le contexte de son pays d’origine.

Pour justifier notre choix, nous avons effectué, dans un deuxième temps, une étude de l’état des lieux à la faculté. Nous avons passé en vue la situation de tous les acteurs qui interviennent dans le processus de formation en langue, à savoir l’administration, les enseignants, les formateurs et enfin les étudiants. Nous avons également mis en relief le travail colossal réalisé dans les années précédentes dans le cadre du projet FSP 2004/4 et montré que les efforts fournis par le Bureau des Langues (BDL) de l’UL n’étaient pas à la hauteur de la responsabilité de formation des enseignants chargés de cours.  Pour aider à combler cette lacune, nous avons suggéré, dans la troisième partie, une ingénierie de formation qui propose un référentiel « métier chirurgien-dentiste » détaillé, un référentiel « compétences professionnelles » et un autre de langue à partir desquels le BDL et les formateurs peuvent s’inspirer pour mettre en place leur formation. Or, comme nous l’avons vu, cela pose nécessairement le problème de l’évaluation transversale et celui de la certification pratiquement injustes dans une logique d’un enseignement du français qui se veut professionnel, contextualisé et sur mesure.

Cette problématique remet en question notre système éducatif et nous invite à y réfléchir à la lumière des pratiques enseignantes adaptées aux besoins du marché de l’emploi qui, lui, exige une polyvalence linguistique et professionnelle.

Le GCIF (Groupe de chercheurs interuniversitaires francophones)

Par Jihane Harb

Le groupe de chercheurs interuniversitaire GCIF a vu le jour à l’issue de la Masterclass qui a eu lieu le 18 et le 19 juin 2014 a l’USJ. En fait, les doctorants qui ont participé à cet événement culturel ont créé ce groupe sur facebook en déterminant les critères qui correspondent à la dynamique du groupe. A cet égard, des échanges collaboratifs et constructifs seront établis entre doctorants et chercheurs dans différentes universités du monde entier. En quelques jours, le nombre des membres s’est élevé à 78 doctorants et chercheurs de divers coins du monde.

 Ce groupe a pour mission de promouvoir des échanges interdisciplinaires et des expertises académiques dans le but d’enrichir les recherches et favoriser la progression des chercheurs et des doctorants francophones. Les membres sont invités à une participation active dans la mesure où ils peuvent poser leurs questions, demander des informations concernant les démarches méthodologiques et épistémologiques de leur recherche, inviter les membres du groupes à participer à un sondage en ligne, poster des ressources techniques, des invitations à des colloques, ou des manifestations académiques.

Lien vers le GCIF:

https://www.facebook.com/groups/752443284800583/