Humanites numeriques

Chères toutes, chers tous,

L’Ecole doctorale en Lettres, Sciences Humaines et Sociales de l’Université Libanaise a consacré l’après-midi du vendredi 16 janvier 2015 pour réfléchir sur la question de la culture numérique, ou plus particulièrement des « humanités numériques », et ses outils.

Trois interventions ont eu lieu :

Pour commencer, Fady CALARGÉ, a proposé une définition de la culture numérique. De plus il a expliqué les concepts clés de cette appellation liée intimement aux outils que la nouvelle technologie met à la disposition de tout chercheur. Ensuite, il a présenté le site de la Master Class de Beyrouth qui a eu lieu les 18 et 19 juin 2014 à l’Université Saint Joseph et le 20 juin à l’Université Libanaise. Il a présenté également le « Groupe de chercheurs interuniversitaires francophones (GCIF) ». Il s’agit d’un groupe que les doctorants ayant suivi la Master Class ont créé sur Facebook. Il a enfin ouvert un horizon en posant la question de savoir pourquoi il y a eu échec au niveau de l’utilisation de ces outils technologiques dans certains pays.

En deuxième lieu, Fatima DAMAJ. Pour une meilleure interaction avec le public présent, elle a jugé bon de corréler ce qui a été dit de cette encyclopédie en ligne lors de la Master class avec le débat  qui l’a suivie lors des tables rondes et d’évoquer le rôle de la langue arabe sur ce site.

Suite à une présentation générale du logiciel Wikipédia, elle a énuméré les étapes à suivre pour modifier le contenu d’une page. Elle a, en outre, parlé de la langue arabe qui figure au 27 ème rang avec 154 mille articles tout en sachant que les arabophones comptent 354 millions dans le monde !

Enfin, dans la dernière partie, elle  a lancé une des problématiques qui  ne cessent d’alimenter les réflexions sur ce qui est connu sous le nom de « open Edition » : la démocratisation de l’information favorise- t-elle la construction d’une culture ou, au contraire, engendre-t-elle le chaos ?

Enfin, Ziad JALBOUT, a présenté le programme de gestion des références Endnote. Son intervention s’est caractérisée par son côté pratique. Il a expliqué, étape par étape, comment on fait entrer les références d’une bibliographie et comment les organiser pour enfin les intégrer à un document Word.

Le public n’a pas manqué d’interaction. Certains ont posé le problème de la difficulté de l’utilisation de ces outils de la nouvelle technologie en langue arabe. Pour d’autres, le problème du manque de contact entre les membres de la communauté scientifique libanaise est un véritable handicap. Enfin, pour la majorité, une formation d’initiation à l’utilisation de ces outils technologiques est nécessaire. Bref, un bon contenu qui pourrait servir à planifier de prochaines activités académiques.

Comme convenu avec les personnes présentes à cette demi-journée, je vous envoie, en pièces jointes, les présentations PowerPoint des trois intervenants.

Bien cordialement.

Fady CALARGE

1. MasterClass de Beyrouth2. Wikipedia3. Wiki4. Endnote

IMG_3434 IMG_3443 IMG_3447

Demi-journee consacree a la Master class

Chères doctorant(e)s des différentes spécialités en Sciences Humaines,

Vous êtes cordialement invité(e)s à la demi-journée consacrée à la Master Class de Beyrouth.

Cette dernière aura lieu le vendredi 16 janvier 2015 à partir de 15h à l’école doctorale de l’Université Libanaise à Sin El Fil (derrière l’hôpital du Levant)

Au programme :

– فادي كلارجي: « الموقع الالكتروني للماستر كلاس: تعريف ومضمون »

– فاطمة دمج: « مسألة الموسوعة الالكترونية ومسؤولية المستخدم ».

– زياد جلبوط: « مدخل الى برنامج إدارة وتنظيم المراجع ENDNOTE

Au plaisir de vous voir nombreux.

Fady.

Le numérique : appréhension et profit

Le 18 et 19 juin 2014, une Masterclass s’intéressant à la méthodologie de recherche et à la culture numérique s’est tenue dans les locaux de l’Université Saint Joseph, à Beyrouth.

A peine Messieurs Marin Dacos et Alexandre Geffen ont-ils secoué le bateau que j’ai eu le mal de mer. Un tsunami de données et de métadonnées a déferlé dans la master class. Comment alors naviguer sur Web et travailler sur Framapad alors que je ne sais pas nager !

L’inquiétude mêlée d’enthousiasme m’a poussée à poser plus de questions et à demander aux formateurs d’aller un peu plus lentement. Dans la matinée du premier jour, j’ai pénétré avec beaucoup de précaution dans le monde du numérique.

Suite à ces deux journées aussi riches qu’intéressantes,  j’ai été initiée à une culture au sens large du terme. J’ai pu également en tirer un profit indéniable.

En effet, cette Masterclass est venue basculer toute ma méthodologie de recherche : j’ai réalisé que Google n’est pas le seul site consultable, surtout pour des recherches avancées et plus spécialisées. Les formateurs nous ont parlé d’autres sites et des plateformes très intéressantes comme Fabula, Isidore, Calenda que j’ai eu hâte à consulter. Du coup, je suis tombée sur une série d’articles,  de recherches et de thèses en ligne en relation avec mon sujet de thèse. Je tiens à noter également que  la recherche en elle-même était plus pertinente et plus scientifique, parce que le site précise nom, source et date. Il propose en plus un résumé du contenu de l’étude et au cas où celui-ci m’intéresse, je peux accéder au document dans son intégralité.    

En outre, et à un autre niveau, j’ai pu profiter du débat qui s’est lancé sur la fiabilité de Wikipedia. J’ai mieux compris comment je peux modifier une infirmation qui apparait et comment voir qui a changé quoi.

Au cours de cette Masterclass, j’ai également appris que pour sauvegarder un document, je devrais le faire sur open office (OODT, un logiciel libre) et ne pas me contenter d’un fichier Word qui possède une recette secrète.

Enfin, la création d’un carnet de recherche sur hypotheses.org, propre à la Masterclass était pour moi un rêve qui venait d’être réalisé !   Le concept de carnet m’a paru en lui même intéressant parce qu’il nous permet de publier librement des contenus sans médiateur. C’est une communication scientifique directe qui révolutionne l’accès à l’information.  Quel bonheur de rédiger un billet ou un article et de pouvoir échanger avec les autres ! Pour moi, c’était l’étape la plus déterminante qui m’a permis de rentrer dans les dédales d’Internet.

En guise de conclusion, il me semble que ces deux journées étaient pour moi une sorte d’initiation au numérique, à ce nouveau monde qui émerge et qui me pousse à pointer une série de questions qui mériteraient réflexion et méditation : avons-nous changé d’époque ? Le numérique nous entrainera –t-il  à penser autrement ? Quelles sont les faces cachées de cette révolution technologique ?

Le GCIF (Groupe de chercheurs interuniversitaires francophones)

Par Jihane Harb

Le groupe de chercheurs interuniversitaire GCIF a vu le jour à l’issue de la Masterclass qui a eu lieu le 18 et le 19 juin 2014 a l’USJ. En fait, les doctorants qui ont participé à cet événement culturel ont créé ce groupe sur facebook en déterminant les critères qui correspondent à la dynamique du groupe. A cet égard, des échanges collaboratifs et constructifs seront établis entre doctorants et chercheurs dans différentes universités du monde entier. En quelques jours, le nombre des membres s’est élevé à 78 doctorants et chercheurs de divers coins du monde.

 Ce groupe a pour mission de promouvoir des échanges interdisciplinaires et des expertises académiques dans le but d’enrichir les recherches et favoriser la progression des chercheurs et des doctorants francophones. Les membres sont invités à une participation active dans la mesure où ils peuvent poser leurs questions, demander des informations concernant les démarches méthodologiques et épistémologiques de leur recherche, inviter les membres du groupes à participer à un sondage en ligne, poster des ressources techniques, des invitations à des colloques, ou des manifestations académiques.

Lien vers le GCIF:

https://www.facebook.com/groups/752443284800583/

A Master Class in Beirut: A Class of its Own

Master Class
Raising a Culture of Research Digital Tools
How to be a Human and Social Sciences PhD Student in 2014

June 18-20, 2014
University of Saint Joseph (USJ) and Lebanese University (UL)

Take 21 participants, all PHD students, from Egypt, Iran, Lebanon, and Cyprus; take two proficient – though self-taught – professors-animators; take a dynamic team of assistants, research directors, and an urban academic setting: what do you get? You get a Master Class.

A Master Class being one where experts talk, two experts – Marin Dacos, Research Engineer at the French National Center for Scientific Research, and Head of the Center for Open Electronic Edition; as well as Alexander Gefen, literary critique, General Secretary of the Literary Monitor – did talk for three days about digital tools and digital research resources. Yet, though they mastered the topic quite well, that of the digital tools to be used in order to make research easier, they made the topic quite accessible and always answered questions saying that no question is ever stupid.

Going from general information such as the evolution of the web and the more accessible tools as Wikipedia and WebCite, the animators moved on to more specific and specialized tools, though some presentations were quite quick – too quick actually – as was the case for Zotero and Evernote.

You come out with a feeling that this digital world is one of its own, so remote yet so close at hand, since it is only one click away. As the title says it, digital habits need to become part of one’s culture, but is only by using these tools over and again that one grows to get used to them in order to make the most of them.

Master Class

Les 18 et 19 juin 2014, l’USJ tient au sein de ses locaux la « Master class, Méthodologie de la recherche et culture numérique : être doctorant en sciences humaines et sociales en 2014 ». Ce séminaire, dirigé par des spécialistes renommés en la matière, offre une immense quantité d’informations aussi bien théoriques que pratiques pour des chercheurs qui se perdent, parfois, si pas souvent dans la multitude de moteurs et outils de recherche disponibles sur la toile.

Au menu de la première journée, un parcours rapide des différents outils ouverts mis en ligne qui servent à chercher et trouver l’information convenable, mais également des moyens disponibles pour se construire, aux dires d’Emmanuel Fraisse, « La voie qu’on se construit avec les autres pour faire de la recherche. »

Les interventions de MM. Gefen et Dacos ne font que renforcer cette idée de construction de savoir collaboratif, qui réduit, pour ne pas dire efface, la distance géographique qui pourrait éloigner des chercheurs qui travaillent sur une même thématique.

Durant la seconde journée, M. Jean-Marie Fournier témoigne d’un travail qui s’étale sur dix ans et qui porte sur l’élaboration d’un corpus numérique.

Durant l’après-midi, les doctorants ont exploité le site « hypotheses.org » et appris à manipuler certaines de ses fonctions. Ils ont également créé avec les formateurs un espace « Master class de Beyrouth » en vue de mettre à disposition un moyen d’échanges collaboratifs.

Il est à noter également, que l’équipe de la Master class a créé un groupe sur Facebook intitulé : Groupe de Chercheurs Interdisciplinaires GCI » destiné aux chercheurs, aussi bien doctorants que titulaires de doctorat afin de faciliter le travail de collaboration entre les utilisateurs.

 

La masterclasse : initiation au numerique

La Masterclass qui s’est tenue le 18 et 19 juin a Beyrouth est venue basculer toute ma methodologie de recherche. En pensant avoir bien acquis au cours des annees les methodologies adequates a la recherche sur internet, je realise que j’etais bien en marge!

Les professeurs nous ont communique des sites tres precieux, une vraie mine d’or qui  favorisera l’affinement de mon travail. Ils ont egalement reussi a m’ initier a une certaine culture numerique, indispensable a l’approfondissement de mes methodologies de travail ( le recours a OODT, les archives et les prises de notes)

La partie pratique qui consiste a rediger un billet ou une page sur « Hypotheses » a largement dissiper mon apprehension du numerique en m’assurant que je pouvais toujours y arriver avec un peu de volonte et beaucoup de perseverance.

 

 

Masterclass « être doctorant en 2014 »

Par Jihane Harb

Nous avons eu la chance, comme doctorants libanais, d’assister à la Masterclass, Méthodologie de la recherche et culture numérique : être doctorant en sciences humaines et sociales en 2014 , événement culturel qui a eu lieu, le 18 et le 19 juin 2014, à l’USJ. En effet, ces deux journées étaient fructueuses au niveau des références sitographiques et des moyens qui facilitent le travail des chercheurs dans le domaine des sciences humaines. Finie l’époque où le chercheur, entouré d’un tas de livres, se cloisonne dans sa tour d’ivoire . En fait, le doctorant ne se coupe plus du monde. Par contre, il interagit avec d’autres doctorants via internet. Un dialogue interactionnel s’établit entre les doctorants qui échangent leurs experiences de recherche. Un carnet de notes est créé en ligne pour assurer l’échange entre les doctorants francophones. Cette démarche est en mesure d’aider les chercheurs à surmonter leurs difficultés, d’autant plus que l’accès aux ressources littéraires n’est pas toujours aisé. Ainsi l’échange ouvrira des pistes de réflexion enrichissantes pour les différents chercheurs qui naviguaient – auparavant – au hasard afin de cibler ou de trouver des informations pertinentes.

Master class de Beyrouth

Ce carnet de recherche est celui de la « Master class Méthodologie de la recherche et culture du numérique : être doctorant en humanités et sciences sociales en 2014 » organisé en juin 2014 à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth par l’Institut français du Liban en partenariat avec l’Agence Universitaire de la Francophonie, l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, l’Université Libanaise, l’Université Saint-Joseph et l’Université Saint-Esprit Kaslik.