Awwad Hamid

620869077

La révolution historique et sociale dans Germinal d’Émile ZOLA et L’Impasse des deux palais de Naguib MAHFOUZ

 

« Ce ne sont point les hommes qui mènent la révolution, c’est la révolution qui emploie les hommes.»[1]

Depuis la Révolution française (1789), un nouvel esprit social et politique s’est établi dans le monde entier. Cette révolution a donné l’espérance à chaque victime d’une injustice et le courage à chaque population dominée de s’insurger contre la tyrannie et l’oppression. L’esprit révolutionnaire a provoqué une nouvelle manière de s’exprimer et un engagement plus perceptible pour les affaires nationales.

Ceci étant, les auteurs ne sont pas loin de cet engagement, bien au contraire, ils sont les précurseurs du phénomène révolutionnaire. L’écriture est donc un moyen d’affirmer l’identité nationale menacée de destruction à cause de l’injustice. Ceci apparaît clairement à travers la production littéraire des théoriciens socialistes et des penseurs politiques non seulement en Europe mais aussi dans les autres continents.

Plusieurs romanciers européens ont traité le thème de la révolution dans leurs ouvrages, Émile Zola en est un exemple clé, notamment, dans son roman Germinal, où il oppose la classe ouvrière et la bourgeoisie des actionnaires et des cadres.

A l’instar de Zola, les auteurs occidentaux ont influencé un grand nombre de lecteurs dans le monde et surtout dans les pays occupés tel que l’Égypte, où apparaît un courant d’écrivains engagés qui ont abordé le thème de la révolution. En tête de liste figure Naguib Mahfouz, un romancier oriental influencé par les littératures européennes. Multiples sont ses œuvres, dont La Trilogie, qui sont un témoignage important de l’influence de la littérature occidentale sur les penseurs orientaux.

Émile Zola (1840 – 1902), naît à Paris d’un père vénitien, ingénieur des travaux publics et d’une mère française. C’est un écrivain, journaliste et homme public français. Il est un des romanciers français les plus populaires, l’un des plus publiés, traduits et commentés au monde. Ses romans ont connu de très nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision.[] En 1885, Zola s’est affirmé comme le chef de file d’un groupe d’écrivains et le théoricien d’un nouveau mouvement littéraire, le naturalisme.

Comme tous les grands polémistes, Zola « écrit pour agir », et ne rechigne pas à la tâche. Sa vie est entièrement consacrée à la composition de son vaste projet; «nulla dies sine linea », sa devise, le prouve, puisqu’elle signifie: « aucun jour sans [écrire] une ligne ». L’œuvre de Zola se caractérise par son mystère  et sa complexité, ses tensions et ses ambigüités. De là, sans doute, son succès, et sa profonde actualité.

Français depuis 1862, il a suscité le scandale avec son roman Thérèse Raquin (1867), et, surtout, il a entrepris une œuvre immense, Les Rougon-Macquart, « histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire », dont Germinal est le treizième volume.

« Germinal! Germinal! Germinal! » Le 5 octobre 1902, tel est le cri unique que scande une délégation des mineurs de Denain, venue accompagner Zola jusqu’à sa dernière demeure. Dans leur cœur, comme dans l’esprit d’un grand nombre de ses lecteurs ultérieurs, l’auteur des Rougon-Macquart est avant tout celui de Germinal. Depuis lors, le livre en est venu à symboliser le travail de la classe ouvrière et, à ce jour, il conserve une place particulière dans le folklore minier des villes françaises[2].

Germinal, roman écrit entre avril 1884 et Janvier 1885 et  publié en 1885, est le treizième volume de la série des Rougon-Macquart que Zola entreprit comme une œuvre sociale immense, jamais écrite[3]. L’action dans Germinal se déroule dans le bassin houiller du nord de la France, lors d’une grève provoquée par la réduction des salaires[4]. Étienne Lantier, le personnage central du roman, chômeur de longue date, se fait embaucher aux mines de Montsou. Il est révolté par les misérables conditions de vie des mineurs, et quand la Compagnie des mines, alléguant la crise économique, décide de baisser les salaires, sa révolte s’exaspère. Rêvant d’une société plus juste, il propage des idées révolutionnaires et pousse les mineurs exploités à se soulever contre leurs exploiteurs.

Né au sein d’une famille de la petite bourgeoisie cairote en 1911, Naguib Mahfouz écrivain égyptien contemporain de langue arabe et l’intellectuel le plus célèbre d’Égypte, il est le premier écrivain de langue arabe à avoir reçu, en 1988, le prix Nobel de Littérature. Il suit des études de philosophie et rédige, dès l’âge de 17 ans, des essais pour des revues littéraires dans les années 1930. Il publie sa première nouvelle en 1939. Sa licence en poche, il obtient un poste de fonctionnaire et décide de se consacrer à la réécriture romanesque de l’histoire de l’Égypte. Le relatif échec des premiers romans, situés dans l’Égypte pharaonique l’amènent à renoncer à ce projet pour plonger dans l’histoire immédiate. Désormais, ses romans ont pour cadre Le Caire contemporain, dont il décrit les bouleversements sociaux dans une veine réaliste (Passage des miracles, 1947 ; Vienne la nuit, 1949).

Il découvre avec ravissement les grands titres de la littérature mondiale. Au tournant du XXe siècle, le genre romanesque apparaît dans une société et une culture qui découvrent ce genre littéraire à travers la traduction des romans européens du XIXème siècle.

Son œuvre la plus importante est la Trilogie du Caire, commencée en 1950. Dans cet ensemble de plus de mille cinq cents pages, chaque roman porte le nom des rues où Mahfouz a passé sa jeunesse : Impasse des deux palais, Le Palais du désir, Le Jardin du passé. Il y décrit la vie d’un patriarche et de sa famille au Caire pendant une période qui va de la Première Guerre mondiale jusqu’au renversement du roi Farouk.  Mahfouz est enfin reconnu grâce à ce chef-d’œuvre qui obtiendra un succès populaire énorme et marquera des générations entières d’écrivains arabes. Entre-temps, l’écrivain avait mis son talent au service du cinéma. Il sera le scénariste de plusieurs films qui peuvent être considérés comme des représentants en Égypte de la vague du néoréalisme.

Il succombe d’une hémorragie à l’âge de 94 ans. À sa mort tout le monde le pleure et lui rend hommage.  Selon les croyances pharaoniques, « il est sorti au jour ».

L’impasse des deux palais est le premier volet d’une trilogie sur l’Égypte à la fin de la période britannique, dite la Trilogie du Caire, ayant pour sujet l’évolution d’une famille bourgeoise modeste dans l’entre-deux-guerres. Naguib Mahfouz nous y fait vivre l’intimité d’une famille musulmane entre 1917 et 1919, année de la révolution égyptienne, en nous décrivant avec beaucoup de réalisme et de sensibilité le quotidien de ces gens. Cette famille très traditionnelle se confronte également  aux bouleversements du monde extérieur, la révolution et l’évolution des mœurs qui se prépare en Égypte. Le récit se concentre avant tout sur ce qui se passe dans le foyer à travers les différentes crises. Les événements mineurs et majeurs se succèdent petit à petit et cela permet d’ailleurs de donner au lecteur une idée claire de la société orientale. À travers le portrait de la famille d’Ahmad Abd el-Gawwad, se révèle l’histoire de l’Égypte sous l’occupation anglaise et la lutte du peuple égyptien.

 

A partir de là, notre problématique pourrait être formulée de la manière suivante : Comment deux expressions romanesques appartenant respectivement à des milieux socioculturels différents, peuvent-elles se rejoindre dans le cadre d’une analogie interne?


[1] Joseph DE MAISTRE, extrait de Considérations sur la France.

[2] Germinal a connu plusieurs adaptations (télévision, théâtre, cinéma): La première est celle de Ferdinand Zecca: La Grève (1903), film aujourd’hui perdu, d’une durée de 15 minutes, produit par Pathé; (1905) Au pays noir de Lucien Nonguet; (1911-1912) Au pays des ténèbres de Victorien Jasset, film produit par Eclair; (1913) Germinal, film français silencieux dirigé par Albert Capellani; (1963) Germinal, réalisé par Yves Allégret, avec Jean Sorel, Berthe Granval, Claude Brasseur et Bernard Blier; (1993) Germinal, une grande production dirigée par Claude Berri, mettant en vedette Gérard Depardieu et Miou-Miou; à l’époque il fut le film le plus cher jamais réalisé en France. Une grande partie du film a été tournée sur la localisation des champs miniers, dans La Lentille et Valenciennes et les régions du nord de la France; il conduit à la formation d’une société: « Germinal l’Association », destinée à alléger les souffrances causées par le chômage dévastateur et la pauvreté des départements comprenant la région de Nord-Pas-de-Calais. Il faut reconnaître que Zola est un auteur éminemment «cinématographique », si l’on s’attache à recenser le nombre de films qui ont été adaptés de son œuvre, on n’en compte pas moins de soixante-dix!

[3] Angus WILSON, «Le sentiment de la faute», in Les critiques de notre temps et Zola, Éditions Garnier Frères, Paris, 1972, p.22.

[4] Le roman est une histoire sans concession dure et réaliste de la grève des mineurs de charbon dans le nord de la France dans les années 1860. Il a précédé de vingt ans la catastrophe de Courrières, lors de laquelle 1099 mineurs ont trouvé la mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *