DAMAJ fatima

Fatima Damaj

Universite libanasise

Mon sujet de recherché porte sur la didactique integree arabe/ francais: ses implications et ses reflexivites au Liban

Voila l’intervention que j’avais preparee. Il faut surtout ne pas avoir honte de dire ou nous en sommes !!

« Sur Google, on ne cherche pas, on retrouve. »

Quel bonheur pour un chercheur de pouvoir accéder à un chantier de connaissances ou à s’enfoncer dans une mine d’or comme Google, à tout moment et en tout lieu pour y puiser des informations de toute sorte !

Quelle jouissance de saisir un mot ou une locution dans la case du moteur de recherche et de voir en quelques secondes se défiler sur notre écran un tsunami de references: des articles, des conférences, des thèses en ligne et des livres !

Quelle délectation de voir notre curiosité assouvie !

Bienvenus aux territoires numériques de la connaissance, et gardez-vous d’avoir le guide de voyage, parce qu’en s’emparant des nouvelles dynamiques que libère le numérique, il faut s’assurer d’être bien armé – pour discerner le vrai du faux – et d’en faire un usage éclairé et clairvoyant.

Pour mieux développer ces idées, permettez-moi de vous confier mon expérience personnelle dans le domaine.

En 2004-2005, quand je me suis lancée dans mon projet de master, je ne savais pas comment accéder à l’information, ni comment la traiter et l’évaluer. Par exemple je saisissais des phrases complètes pour faire une recherche et j’obtenais de nombreux résultats qui n’étaient pas tous en relation avec mon sujet.

En outre, je ne savais pas comment enregistrer des informations d’une manière organisée sur mon ordinateur : je copiais certains documents en gardant leur titre tel qu’il figure sur internet (qui pouvait par exemple correspondre à LFA 156) et quand je voulais consulter un document, j’avais évidemment du mal à le retrouver d’autant plus que le tout était stocké  dans un seul fichier (dossier)

En plus, je pensais que tout ce qui figurait sur internet était rédigé par des spécialistes et donc passait pour vrai, fiable ou correct. Or, plus je cherchais et plus j’obtenais des résultats différents et parfois contradictoires. En m’adressant à ma directrice de recherche, elle m’alarma sur ce point en m’expliquant que certains sites comme Wiki ne sont pas des sites scientifiques fiables et qu’en tant que chercheuse, je devais prendre un certain recul vis-à vis de l’information et recourir à mon esprit critique ( ne pas me contenter des premiers résultats d’un moteur de recherche, savoir comment s’approprier l’information, évaluer sa validité en se référant à l’œuvre …)

Le résultat de cette fausse démarche ? Je n’ai pas pu profiter des atouts du numérique : premièrement, je n’ai pas su économiser mon temps : j’ai mis des mois à attendre la livraison d’une  commande des livres (qui peut-être existaient déjà en ligne et j’ai perdu un temps énorme, perdue dans le labyrinthe des informations).

En deuxième lieu, ce qui est encore plus pénible, c’est mon manque de possibilite de recuperer mes donnees : J’ai soutenu mon mémoire en 2009 et après un certains temps j’ai eu un problème dans mon ordinateur, suite à quoi j’ai perdu toutes mes données y compris la version numérique de mon travail ! Pourquoi ? Parce que je n’ai pas eu l’idée de garder une copie sur un CD  ou de le diffuser sur un site.

En 2010-2011, et pour ma thèse de doctorat, il fallait absolument suivre une stratégie : la règle d’or : être guidée et clairvoyante dans mon travail de recherche : guidée par le fil d’Ariane pour pouvoir maitriser le labyrinthe du numérique et clairvoyante pour ne pas perdre des ressources.

J’ai commencé par  lire des articles portant sur la méthodologie de recherche sur internet et j’ai évidemment tire des lecons des « faiblesses » de ma première expérience. Il faut avouer qu’au cours des années, j’ai acquis une certaine « maturité numérique » qui m’aide énormément à  mettre plus d’ordre dans le travail. (mais il faut bien avouer qu’apres la 1ere journee de la maseter class, je me suis rendue compte de mes faiblesses flagrantes dans ce domaine! je dirai meme que je suis ignorante en matiere de culture numerique!!) Disons qu’ avec le temps, j’ai appris à me repérer, à construire des cheminements mieux tracés.

La démarche que j’adopte actuellement dans ma recherche est simple . Je la  résume sous forme de points :

–          Mon travail se divise en trois parties subdivisées en chapitres : pour chaque chapitre, je fais mes recherches et j’enregistre uniquement sur mon ordinateur les documents qui m’intéressent.  (j’ai appris à mieux sélectionner et à mieux classer les documents).

–          J’ai créé  un dossier pour chaque notion ou sous-thème : par exemple, sur mon desktop, vous trouverez un fichier intitulé « représentation », un autre « plurilinguisme » un autre « bivalence », etc. Cette étape aussi simple me facilite le travail de recherche.

–          Les documents sont nommés de façon à me résumer tant que possible leur contenu. Parfois, je note le nom de l’auteur et cela me suffit pour me rappeler de quoi il s’agit.  Par exemple à l’intérieur du fichier « DI-théorie », il y a des documents intitulés «  Def-DI », « DC-Miled », « DC-Daff », « DC-Wambach », « DI-Latin-frs », « cadre-théorique-Wokush », « DI-évolution-def », etc.

–          Dès que je trouve une référence, je la note dans ma bibliographie pour préciser sur le champ la date de la consultation du site, pour ne pas l’oublier et avoir des problèmes en rédigeant à la fin ma bibliographie et ma sitographie.

–          Tout en saisissant mon texte sur ordinateur, je fais « save » à plusieurs moments sans trop compter sur « l’autorecovery » que fait le programme Microsoft Word automatiquement, parce qu’une fois, et je ne sais pas pourquoi, il m’a dit que « Word is stop working » et donc j’ai perdu une partie de mon texte (qui heureusement était sur papier !)

–          Quand je finis la rédaction d’un chapitre, je l’envoie via mail à ma sœur et à mon amie pour me rassurer qu’une copie de ce travail serait toujours disponible même si mon ordinateur est tombé en panne. Je le copie également sur deux CD pour pouvoir le consulter même quand je n’ai pas accès à Internet.

Voilà en bref ma façon de chercher, de traiter et d’enregistrer des informations/ des ressources.

Pour conclure avec ce premier volet portant sur l’importance du numérique dans l’évolution et l’affinement de ma recherche, il me reste à préciser que je ne me suis pas contentée du web. En effet, pour avoir accès à certains articles ou certaines études qui n’étaient pas disponibles dans leur intégralité sur le site, je n’hésitais pas à envoyer des mails à leur auteur et à leur demander de me faire part de ces documents. Un bon nombre  a montré une grande attention à mon travail et m’a envoyé en plus des documents que je leur signalais d’autres qu’ils jugeaient intéressants pour ma thèse.  Je cite à titre illustratif Suzanne Wokusch et Claude Brohy qui m’ont même communiqué leur pensée d’une didactique intégrée arabe/ français. Deux autres chercheuses ont même eu l’amabilité de me proposer un échange via Skype : ce sont Martine Kervran et Marisa Cavalli (que je tiens à remercier vivement de leur esprit avenant) Grâce à ces échanges, j’ai pu frayer une voie bien tracée dans la DI.

Toutefois, malgré le progrès que j’ai fait dans le domaine numérique et malgré l’effort que j’ai déployé, certaines difficultés persistent et ralentissent l’élaboration  de mon travail. En effet, je suis encore trop attachee au papier et au crayon. jamais je n’ai reussi a rediger mes idees directement sur ordinateur. Tout est ecrit d’abord sur des feuilles (quelle perte de temps!) Mais je me retrouve avec mes fleches, mes ratures et mes etoiles.

en plus, pour ma deuxième partie, j’ai eu beaucoup de peine à utiliser Excel pour faire des graphes statistiques et je me suis fait aider à plusieurs reprises. Et voilà que le cauchemar me guette pour la troisième partie, où je devrais transcrire des séances filmées. J’ai lu une thèse qui parlait d’un logiciel nommé « Transana » et qui est un outil de transcription et d’analyse qualitative des données audio / vidéo : et je ne réussis pas jusqu’à ce moment à comprendre son fonctionnement pour voir comment il pourrait me faciliter la tâche.

En guise de conclusion, il me semble que le numérique constitue désormais un mode d’accès privilégié au savoir. C’est pourquoi, l’éducation aux medias et au numérique devrait être au centre des préoccupations des écoles.

Et enfin je me réjouis à l’idée que le numérique viennent perturber la logique dominante dans toutes les écoles où règne un concept de juxtaposition, voire de conflit, entre les disciplines dans la mesure où cela se recoupe avec mon sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *