Implication et réflexivité d’une didactique intégrée au Liban

Par Fatima Damaj

Les problèmes touchant au langage sont depuis quelques décennies au centre de nombreux champs de réflexion, de recherche et de polémique. L’acquisition d’une langue, son enseignement, le rôle de l’apprenant ainsi que celui du maitre sont dès lors remis en cause. Le Liban, pays trilingue, n’échappe pas à ce débat. Le français, au même titre que l’arabe, subit depuis quelques années un déclin linguistique sans précédent. Comment faire pour réhabiliter l’enseignement des langues dans les écoles et pousser l’apprenant à les revaloriser? Nous sommes parties du constat que l’apprenant possède un répertoire verbal acquis dans sa langue maternelle qui pourrait constituer un socle à l’enseignement d’une langue seconde. Pourquoi alors ne pas prôner un enseignement plurilingue capable de favoriser une meilleure acquisition des compétences linguistiques dans les deux langues ? Or, la situation spécifique du Liban et la multiplicité des facteurs qui influencent l’acquisition du français renforcent l’ampleur des difficultés rencontrées par n’importe quelque chercheur travaillant dans ce domaine. Pourtant l’intérêt que nous portons à cette étude dans le domaine du plurilinguisme, malgré sa complexité et les obstacles à affronter a pour ambition de lézarder les contreforts d’un enseignement monodisciplinaire.

Notre recherche (en cours) s’articule autour des influences réciproques entre l’arabe langue maternelle et le français langue seconde dans le cadre d’une didactique intégrée.

Partant des réflexions et des études récentes menées par le CECR, nous nous sommes demandée, dans quelle mesure l’application de la didactique intégrée dans les classes de langues aiderait à optimiser l’enseignement du français langue seconde et favoriserait en retour une meilleure acquisition de l’arabe langue maternelle.  Notons que la didactique intégrée est une approche plurielle qui milite pour le décloisonnement entre les disciplines et qui exige une harmonisation et une articulation entre les langues. Sans cela, tout effort tendant à optimiser l’acquisition de plusieurs langues se heurtera à des limites en termes à la fois de capacité d’apprentissage et d’espace dans les curricula.

La gageure de notre recherche semble alors s’énoncer en ces termes : comment sensibiliser l’apprenant libanais aux recoupements entre les deux langues ainsi qu’aux particularités et aux subtilités de chacune sans déboucher sur une confusion ou sur un chaos expérimental ? Comment appliquer la didactique intégrée dans un contexte où l’apprenant parle le libanais dans sa vie quotidienne et apprend l’arabe classique à l’école, une langue qui n’est pas issue du latin et donc qui n’est pas proche du français, tant dans sa calligraphie que dans sa syntaxe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *