Jihane Harb

Sujet de these: « Passion et folie, dispersion et unité dans l’œuvre dramatique de Marguerite Duras ».

Notre sujet intitulé « Passion et folie, dispersion et unité dans l’œuvre dramatique de Marguerite Duras », a été choisi en fonction des données de l’œuvre théâtrale de Marguerite Duras qui a réussi à amalgamer, durant sa carrière littéraire, plusieurs esthétiques artistiques et scripturales. L’étude présente mise sur les thèmes de la passion et de la folie qui traversent l’œuvre théâtrale de Duras, et sur les procédés de mise en forme (scénique et scripturale) de ces thèmes disséminés en apparence, qui forment un tout cohérent dans la structure profonde de l’œuvre.

Notre recherche sera fondée ainsi sur une approche à la fois onomasiologique et sémasiologique[1] car elle s’interroge autant sur « les concepts qui vont aux signes », qu’elle s’exerce à déchiffrer les signes transcrivant les concepts. Nous suivons en cela la méthode proposée par notre directrice de recherche[2] en déterminant, par un découpage du texte en séquences, l’unité de sens qui les constitue. Ceci nous astreint à une lecture très attentive qui nous permet d’effectuer toute une série d’analyses ponctuelles, lesquelles nous mènent d’abord à mettre en évidence les macro-structures comme la vision du monde offerte par l’œuvre, vision qui prend son origine dans la biographie de l’auteure, mais qui s’élargit au-delà du vécu dans une représentation stylisée en un théâtre puisant dans plusieurs arts. Le découpage nous a fait découvrir un univers fantasmatique de passion et de folie, représenté dans des pièces dont l’esthétique se rapproche du théâtre de la Cruauté et du théâtre épique et qui s’ouvre enfin sur le cinéma. Ensuite les analyses nous ont aidée à dégager par une micro-analyse textuelle suivie, la dynamique des dialogues et l’originalité du style durassien qui trouve son point d’orgue dans le silence percé par le cri. Cette lecture attentive et minutieuse ouvre l’horizon de la recherche car elle mène notre réflexion et, au fur et à mesure qu’elle avance; elle nous permet de déterminer les notions et les types d’approche qu’il convient d’appliquer à notre étude.


[1] Cf. Bernard Pottier, Théorie et analyse en linguistique, Deuxième édition, Hachette, Supérieur,  1992, p.15

[2] Voir notamment Anna Rahal, Langue, littérature et déchiffrage, in Recherches pédagogiques, Revue de l’Association Marocaine des Enseignants de Français, La littérature en classe de français, No 9, Editions et Impression Bourgrec communication, 2003, Texte et conscience grammaticale, in Actes du colloque Conférence La Linguistique textuelle : états et perspectives, avril 2005, Le livre comme expérience,  Deuxième Congrès régional de la CMA, Congrès régional de la Commission du Monde Arabe ; FIPF du 4 au 7 décembre 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *