Nawar Zahra

Adam chapelle Sixtine

Maître assistante au département de français à la faculté de Pédagogie, Université de Damanhour

Doctorante au département de langue et de littérature  à la faculté de lettres, Université d’Alexandrie

Sujet de la thèse

Le Sénégal et la Martinique: Pour une reviviscence des civilisations oubliées

Notre sujet de thèse s’inscrit dans le cadre de maints débats qui ont eu lieu au début du XXIe siècle.
Signalons tout d’abord, le débat qui a animé la France au début de ce millénaire sur la nécessité de la restitution de la mémoire de la traite négrière et de l’abolition de l’esclavage. Maintes institutions et associations ont été créées pour valoriser le souvenir de personnages historiques et d’événements importants. Citons entre autres, le Comité pour la Mémoire de l’Esclavage. D’autres démarches ont été prises en France pour jeter la lumière sur ce pan mal connu de son histoire : inauguration du «Mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes, la déclaration du 10 mai comme journée officielle de commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions… Un projet de réseau thématique sur l’esclavage candidat au patrimoine mondial de l’Unesco est en cours.

De leur côté, les Africains s’efforcent de dévoiler la vraie histoire de leur Histoire. Leurs efforts ont récemment abouti à la publication de l’encyclopédie Histoire Générale de l’Afrique en huit volumes sous l’égide de l’Unesco. L’organisation entend d’ailleurs compléter ce projet par la rénovation de l’enseignement de l’histoire dans les pays africains et la promotion de l’enseignement de ce document dans les établissements de l’enseignement supérieur dans tout le continent.
L’objectif de notre recherche s’inscrit donc dans le cadre de ces débats d’actualité. D’une part, la thèse vise à relever le voile sur l’histoire des grandes civilisations, intentionnellement oubliées à travers deux pays de continents différents; mais ayant subi un même sort : le Sénégal et la Martinique. D’autre part, elle traite les démarches entreprises pour dépasser la phase du colonialisme afin d’aboutir au multiculturalisme dans les anciennes colonies; mais aussi en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *