Salameh Eliane

Adam chapelle Sixtine1.     Présentation du sujet

Des origines de la communication à celles de toute relation, nous retenons que nous sommes des êtres de relations dans le sens où nous cherchons à être reliés à « quelque chose » de plus grand, de plus important que nous-mêmes, à l’univers, au cosmos, à l’énergie vitale… au Créateur.

Ce mouvement centripète puise sa raison d’être dans le fait que la naissance de l’individu est une séparation, un morcellement puisqu’il a définitivement perdu quatre parties des cinq qui le constituaient. Toute sa vie extra-utérine sera une aventure pour tenter de les retrouver. C’est le récit de cette aventure « extra-utérine » qui nous semble déterminer le mieux l’essence de la création littéraire de Michel Tournier. nos enfants, au sens morphologique et au sens didactique du verbe.

En effet, c’est le chemin initiatique qui relie cet écrivain octogénaire au gente enfantin en admettant qu’il endosse le rôle de « pédagogue » conformément au sens étymologique qui met l’accent sur l’accompagnement de l’enfant.

Notre travail de thèse aura alors pour objectif de mettre en évidence l’originalité et la poétique de l’œuvre de Tournier en mettant en évidence la visée de son écriture qui sollicite de plus en plus les jeunes par les mythes. Pour ainsi dire, notre recherche devrait éclaircir le lien qui unit Tournier  à son lectorat, ainsi que les moyens éventuellement linguistiques et stylistiques adoptés pour créer un monde mythique originel. Notre démarche partira des bases de la théorie de la réception pour justifier l’engouement des jeunes pour les contes et romans tourniériens. Ensuite, une approche herméneutique de ces textes ressortira les motifs chrétiens et religieux qui définiront l’ordre spirituel prêché par l’Ermite du presbytère.

Quelles sont alors les spécificités littéraires du roman contemporain selon la stylistique tourniérienne ?  S’agit-il d’une médiation par l’imaginaire pour communiquer avec le lecteur? Quelles sont les références littéraires à la portée du lecteur ?

Tournier souhaiterait communiquer (sinon communier) avec ses lecteurs dans l’ordre de l’intellectuel, du spirituel en créant une sorte de monde atemporel dans lequel les Idées seraient conservées à l’état pur. Nous entendons par-là que chaque nouvelle lecture donne aux lecteurs l’occasion de mobiliser des expériences plus anciennes tout en préparant à des découvertes ultérieures de sorte que les horizons d’attente soient renouvelés, la culture des textes élargie, les possibilités de rapprocher, de comparer, pour mieux lire, reconnaître, distinguer en seront multipliées. La satisfaction des deux pôles (auteur-lecteur) résulterait alors de la connaissance et de la reconnaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *