Wikipédia et le mythe du savoir en ligne

Par Eliane Salameh

Notre monde connaît aujourd’hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l’invention de l’imprimerie au XVe siècle. La transformation des modes de production et de diffusion de l’information et des connaissances engendre de nouvelles façons de vivre, de raisonner, de communiquer, de travailler, et, par la suite, de nouveaux défis.

En effet, face à des individus qui évoluent depuis leur naissance dans une société essentiellement alimentée par le numérique, notre manière d’apprendre et d’enseigner, et le contenu des enseignements doivent être profondément repensés. Or, si une éducation renouvelée aux médias, à l’information et à l’usage responsable d’internet et des réseaux sociaux est déjà proposée de l’école primaire au lycée, nous jugeons une telle entreprise fort utile dans le monde universitaire. Notons que de plus en plus de thésards ou de masterants recourent au numérique dans leur travail de recherche. 

Nous limiterons notre sujet à l’usage de l’encyclopédie en ligne la plus consultée : Wikipédia. Comme beaucoup l’ont remarqué lors des discussions qui ont animé la MasterClass tenue à Beyrouth et portant sur le numérique et la recherche universitaire, parfois avec aigreur, Wikipédia arrive presque invariablement en tête des requêtes effectuées avec Google, gagnant de fait un statut de source « populaire » sur de nombreux sujets. Les internautes avertis qui se détachent des partisans, remettent en question le caractère de source « officielle » de cette encyclopédie en ligne, en dépit de son style qui se veut distancié, neutre ou universel.

En examinant la question de plus près, nous remarquons que certains utilisent des articles de Wikipédia comme source pour des exposés scolaires ou des mémoires de Master, sans être conscients, sinon informés de son mode de fonctionnement. Le problème se pose alors à différents niveaux dont  la pertinence du savoir, la notoriété auctauriale, la partialité des propos exprimés ou les préjugés qui les sous-tendent.

Dans un essai publié récemment et intitulé Digital Maoism, Jaron Lanier affirme que Wikipédia s’inscrit dans la ligne d’un mouvement étendu sur Internet qui vise à mettre une vision de la collectivité au-dessus du jugement personnel. Ces conceptions de la collectivité ont eu des conséquences terribles lorsqu’elles ont été imposées dans diverses périodes de l’histoire. Et le fait qu’elles soient réintroduites de nos jours par d’éminents technologues et futuristes, poursuit Lanier, ne les rend pas moins dangereuses.

Selon Jimmy Wales[1], co-créateur de Wikipédia, l’encyclopédie en ligne est très vite entrée dans les usages, tout simplement parce qu’elle constitue le premier outil vraiment abouti de partage de connaissances avec le monde entier. Aujourd’hui, son audience est de 500 millions d’utilisateurs par mois, nombre qui, pour Wales, démontre la qualité du travail.

Or, le partage égalitariste de connaissances propre à Wikipédia conduit-il à la vérité ou au chaos?[2] Si chaque individu peut présenter sa conception personnelle de la vérité sur un site ouvert au monde entier, selon quel critère une vérité aura-t-elle prédominance sur telle autre? Qui aura assez d’autorité pour imposer la sienne? Comment alors faire crédit à qui que ce soit qui se porte garant de sa propre vérité?

Wikipédia est face à un dilemme insoluble: conserver un site totalement ouvert pour profiter d’une plus grande activité et de mises à jour immédiates avec l’inconvénient d’une lutte incessante contre le spam, et d’un contenu souvent douteux, ou restreindre l’accès à des « experts » bénévoles au risque de perdre le soutien des internautes qui n’y contribuent plus.

       I.            Le principe de Wikipédia et la connaissance open source

 

     1.            Le terme « wiki »

Le mot « wiki » signifie « vite » en hawaïen. Il a été choisi par Ward Cunningham lorsqu’il créa le premier wiki, qu’il appela WikiWikiWeb. Il utilisa l’expression « wiki wiki », un redoublement qui signifie « très rapide », « très vite », car c’est le premier terme hawaïen qu’il apprit lorsqu’il dut prendre un bus à la sortie de l’aéroport, et qu’à la création de son site, il voulait un terme amusant pour dire rapide. Dans l’URL du site, apparaissait uniquement le terme « wiki », ce qui a probablement poussé les visiteurs à l’appeler ainsi.

Le journal The Economist fait remarquer que le mot wiki peut être lu comme l’acronyme de « What I Know Is » (littéralement : « ce que je sais est » ou « voici ce que je sais »).

     2.            Fonctionnement technique

Un wiki fonctionne grâce à un moteur de wiki : c’est un logiciel installé sur le système hôte du site web. Concrètement, le Wiki est un site Web dynamique sur lequel tout visiteur peut modifier le contenu des pages à volonté. Afin de responsabiliser les utilisateurs, l’accès au service n’est pas anonyme. Imaginé en 1995 par Ward Cunningham, le Wiki est en quelque sorte l’expression virtuelle d’un groupe qui s’autorégule. L’objectif est d’obtenir un consensus tout en conservant l’historique qui a permis d’y arriver. En cas de « vandalisme », c’est-à-dire lorsqu’une personne efface une page, il est ainsi possible de restaurer l’ensemble du contenu.

      3.            Identification des visiteurs et profils des contributeurs

Un wiki n’est pas forcément modifiable par tout le monde ; on peut exiger que les visiteurs s’inscrivent avant d’être autorisés à modifier les pages. Dans le cas des wikis qui sont complètement ouverts au public, diverses procédures techniques et sociales sont mises en œuvre pour limiter et annuler les modifications jugées indésirables.

Lorsqu’un wiki autorise des visiteurs anonymes à modifier les pages, c’est l’adresse IP de ces derniers qui les identifie ; les utilisateurs inscrits peuvent quant à eux se connecter sous leur nom d’utilisateur.

En ce qui concerne les contributeurs de Wikipédia, ils appartiennent à différentes catégories d’âges. Toutefois,  le segment de contributeurs le plus actif est composé d’hommes âgés entre 20 et 30 ans, à l’aise avec la technologie. Les Français ont toujours été actifs sur la plateforme. La langue française est la troisième langue la plus présente sur cette encyclopédie et a joué un rôle clé dans son développement.

Près d’une centaine d’employés travaillent pour la Fondation susmentionnée. Aucun d’entre eux n’est modérateur, sauf s’il l’est sur son temps libre, comme peut l’être n’importe quel internaute dans le monde. Cette confusion, laissant penser que le personnel travaillant pour Wikipédia superviserait le processus d’édition, est assez répandue. Mais il n’en est rien. C’est la communauté qui a l’entière responsabilité de tout ce travail.

      4.            Modification des pages

On accède à un wiki, en lecture comme en écriture, avec un navigateur web classique. On peut visualiser les pages dans deux modes différents : le mode lecture, qui est le mode par défaut, et le mode écriture, qui présente la page sous une forme qui permet de la modifier.

En mode écriture, le texte de la page, affiché dans un formulaire web, s’enrichit d’un certain nombre de caractères supplémentaires, suivant les règles d’une syntaxe informatique particulière : le wikitexte, qui permet d’indiquer la mise en forme du texte, de créer des liens, de disposer des images, etc. Ce dernier a été conçu pour que les fonctionnalités les plus courantes soient faciles à assimiler et saisir. Seules les informations générales de navigation servant de modèle à la structure de la page ne sont pas modifiables.

Quelques wikis proposent, au lieu du wikitexte, une interface d’édition WYSIWYG, citons par exemple Confluence et XWiki.

     5.            Liens et création de pages

Les wikis favorisent la création d’hyperliens en simplifiant l’écriture et en n’imposant aucune contrainte organisationnelle. Ainsi, chaque page web contient de nombreux liens qui la relient à d’autres pages, sans structure hiérarchique apparente. Il existe des fonctionnalités pour classer, ou plus précisément retrouver les pages, mais elles ne sont pas indispensables. Le wiki devient donc un foisonnement de pages mises au même niveau et reliées les unes aux autres, selon la logique propre au contenu de chacune d’entre elles.

L’apparence des liens (par exemple leur couleur) varie selon qu’ils mènent à une page existante ou à une page encore inexistante, que l’utilisateur a, toutefois, la possibilité de créer.

     6.            Suivi des modifications

Certains wikis permettent à un contributeur enregistré de suivre l’évolution d’une page, ou les contributions d’une personne en particulier, ou toutes les créations de page par exemple. Ces suivis permettent de réagir rapidement à des actes de vandalismes ou de spam.

      7.            Définition de Wikipédia par Wikipédia

 « Wikipédia est une encyclopédie écrite par des volontaires sur internet, universelle, multilingue, à laquelle chacun peut collaborer, immédiatement et fonctionnant sur le principe du wiki. Wikipédia a pour objectif d’offrir un contenu libre, objectif et vérifiable que chacun peut modifier et améliorer, sans nécessité de s’enregistrer. Tous les articles de Wikipédia sont un travail en progression qui peut être modifié et amélioré par tout le monde ».

 Assez rapidement après sa création (Wikipédia en français a été fondée le 23 mars 2001), les contributeurs ont poussé au développement des versions en d’autres langues que l’anglais.  A savoir, que dans un projet libre et utilisable gratuitement par tous, n’importe qui peut collaborer en apportant une pierre à l’édifice. La somme des contributions, même les plus modestes aboutit à une encyclopédie en ligne complète. Les articles sont sous licence libre, ils appartiennent à tous et peuvent être placés sur n’importe quel site (attention cependant au duplicate content vis à vis des moteurs de recherche).

Bien que l’hébergeur Wikipédia soit un simple serveur qui met à la disposition de la communauté les documents écrits par la communauté, il a ses lois, ses citoyens, lecteurs et contributeurs, une sorte d’administration, de police… Tout cela s’est développé en trois ans, en réaction aux problèmes qu’a connus l’encyclopédie.

Ce site qui a un abord plutôt satisfaisant, avec sa gratuité, son ouverture aux contributions et ses articles nombreux quelquefois complets, souvent instructifs, présente aussi une face obscure.

   II.            Avantages et Controverses de Wikipédia

 

     1.            Avis favorables

 Umberto Eco expliquait qu’il était bien content de l’existence de Wikipédia car son arthrose l’empêche de se lever constamment pour vérifier une date de naissance ou un fait dans sa lourde encyclopédie Trecanni. Pour lui, peu importe que Wikipédia comporte des erreurs, le chercheur se devant de toute façon de multiplier et de croiser ses sources, ce qui fait de cette encyclopédie en ligne une porte d’entrée pour la connaissance parmi d’autres. Le fait que son contenu soit actualisé en permanence est aussi une donnée précieuse.

 Et pour ceux qui ne sont pas chercheurs ? Dans certains domaines, la qualité pédagogique de Wikipédia n’est pas contestée : on peut apprendre, et plutôt bien, de nombreuses notions mathématiques, comprendre des technologies, apprendre divers faits en biologie ou en zoologie…

 Aujourd’hui, un collégien qui réside dans une de ces cités de banlieue jugées dangereuses, peut trouver les informations pour son exposé sur Victor Hugo aussi bien qu’un habitant des « beaux quartiers », car si ses parents n’ont pas investi dans une encyclopédie en vingt-cinq tomes, il accède malgré tout à Wikipédia grâce à son ordinateur ou à son téléphone portable. Ça ne règle pas tous les problèmes, mais ça en règle au moins un.

 Dans le cas de Wikipedia, au moins, nous pouvons savoir dans quelles conditions le corpus encyclopédique se constitue, alors que dans le cas d’une encyclopédie plus traditionnelle, nous ignorons tous les à-côtés d’un article. Il est vrai que nous connaissons son auteur mais, à moins d’être précisément spécialistes du sujet traité, nous ne pouvons ni lire entre les lignes, ni deviner ce qui a motivé le choix de l’auteur, quel courant d’idée il défend, quel rival académique il néglige de mentionner, etc.

     2.            Avis défavorables

 Malgré la vigilance des contributeurs réguliers de Wikipédia — généralement bien intentionnés et soucieux d’élever le niveau de qualité de l’édifice — il n’est pas rare que des personnes aux motivations douteuses y contribuent pour de très mauvaises raisons : prosélytisme religieux, désinformation politique, publicité…

On sait que de nombreuses sociétés commerciales surveillent de très près les articles qui sont consacrés à leurs marques et à leurs produits, il y a même des exemples scandaleux de propagande de la part, notamment, de grands groupes agro-alimentaires ou de laboratoires pharmaceutiques qui n’ont pas hésité à se servir de ce support apparemment impartial et extérieur pour servir leurs intérêts commerciaux ou peaufiner leur image publique.

Des sectes, des personnalités politiques ou même des pays se servent aussi de Wikipédia pour les besoins de leur communication.

 Paradoxalement, le succès de Wikipédia est l’une de ses limites lorsque ses utilisateurs négligent le fait que cette encyclopédie en ligne ne peut être l’unique source au sein du Web 2.0 qui se nourrit des échanges. Il s’agit de distinguer les sources primaires des sources secondaires, surtout quand la notice consultée ne concerne pas une science exacte.

 La médiation fait défaut au sens où l’accumulation de données anecdotiques ne fait pas une pensée construite, hiérarchisée. Il manque le travail de professionnels (journaliste, historien, scientifique, linguiste ou tout type de médiateur) permettant de synthétiser, de hiérarchiser et de guider la réflexion des lecteurs des différentes pages proposées.

 Cependant, nous tenons à signaler que ces limites ne sont pas des critiques de Wikipédia mais montrent ce que l’encyclopédie n’est pas. Le risque réside donc bien dans l’usage qui en est fait et non de Wikipédia en soit. En effet, la question porte moins sur l’utilité du Web 2.0 à l’ère du numérique que sur la distanciation que peuvent prendre les utilisateurs par rapport à ces outils qui doivent s’accompagner d’une pédagogie d’usage et de comportement pour être bien utilisé tant par les internautes que par les élèves et les universitaires.

Il s’agit d’expliquer aux étudiants comment utiliser Wikipédia plutôt que de leur dire de ne pas l’utiliser ce qui revient à leur dire d’avoir recours à ce service comme un point de départ de leurs recherches pour ensuite cliquer sur les liens et consulter les sources liées. Une vraie occasion pour cultiver l’esprit critique ! C’est ici que réside l’enjeu majeur pour le Web 2.0 !

 

III.            Perspectives et questionnements

Un changement radical sur une partie du wiki: toutes les contributions devront être vérifiées par un éditeur confirmé. Or, si les moteurs de recherche donnent une place prépondérante aux articles récents, cette politique met fin à la libre contribution de la part du public et engendre une stagnation du renouvellement du contenu du site cohérente avec la baisse de son audience.

 La plupart des internautes se demanderont pourquoi se donner du mal à écrire un texte de qualité qui disparaîtra inexorablement avec le temps? Est-il possible que les modifications faites par le public soient toujours prises en considération ? Resteront-elles tributaires d’un éditeur enregistré et ayant un certain nombre de contributions pour valider les changements et les afficher publiquement ?

Il est certes décourageant pour les contributeurs de voir que le texte qu’ils ont ajouté sera supprimé ou modifié par d’autres éditeurs mais le principe même de la libre édition l’exige !

 

Sitographie

http://agora.qc.ca/documents/encyclopedie–les_deux_fondateurs_de_wikipedia_saffrontent_et_se_separent_par_richard_waters

http://www.journaldunet.com/management/dossiers/031115cominterne/wiki.shtml

http://www.journaldunet.com/wikipedia/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Comment_modifier_une_page


[1] Jimmy Wales est un entrepreneur américain connu pour être le fondateur de la Fondation Wikimedia et de l’encyclopédie en ligne Wikipedia.org. C’est en janvier 2001 que cette dernière voit le jour devenant aujourd’hui l’un des sites les plus visités au monde. Jimmy est diplômé d’un Bachelor en Finance de l’Université d’Aubum et d’un Master en Finance de l’Université d’Alabama.

 

[2] C’est la question dont traite Richard Waters dans cet article du Financial Times à la suite du dissentiment qui a amené les deux fondateurs, Jimmy Wales et Larry Sanger, à se séparer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *