Compte-rendu : « Présentation du rapport sur les humanités numériques » de Marin Dacos

Par Marine Meunier

Rapport Dacos-Mounier sur les Humanités Numériques: « Etat des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international »

La présentation de Marin Dacos sur l’activité des humanités numériques (digital humanities) a ouvert le séminaire du vendredi 20 juin intitulé Numérique et sciences humaines : un changement d’époque pour les humanités ?. Marin Dacos a commencé par un bref historique, citant le travail précurseur de Roberto Busa*, pour souligner le caractère interdisciplinaire des humanités numériques, entre ingénierie informatique et sciences humaines et sociales, et entre statistiques et littérature. La chronologie a en outre mis en avant l’évolution de la discipline par rapport à l’avancement technologique. Quelques points de repères, tels que 1987 (création du TEI, nouveau système informatique d’encodage des textes) ou les premières années de la décennie 2000, ont servi à illustrer le passage de l’informatique (computing) au numérique (digital), c’est-à-dire la transformation du Web en un paradigme et un environnement global dans lequel la recherche s’effectue. Les données informatisées ne sont plus seulement collectées, mais crées, représentées, et davantage exploitées.

Illustrant son propos par divers exemples, Marin Dacos a fait valoir le caractère démocratique, sous plusieurs aspects, des humanités numériques. De nombreux sites ouverts au public se constituent en bases de données et appellent tout internaute à partager ses connaissances et à s’enrichir de celles des autres sur leur plateforme. D’un point de vue académique, les humanités numériques reposent sur des modes de communication scientifique traditionnels, tel que la très classique conférence internationale sur les Digital Humanities qui se réunit à Lausanne tous les ans. Néanmoins, les chercheurs en humanités numériques profitent surtout de formes nouvelles et plus informelles de communication scientifique. Ils ont inventé notamment les THATCamps (The Humanities And Technologiy Camp) à la fin des années 2000, qualifiés de « non-conférences » dans la mesure où, à l’opposé des congrès conventionnels, ils s’organisent en ateliers pratiques sans invités et sans programme préalablement établi. Exploitant les possibilités de communication sans interruption offertes par le Web, les chercheurs en humanités numériques ont également développé des carnets de recherche, sortes de blogs où ils peuvent publier leurs travaux, parfois même avant qu’ils ne soient terminés, sans passer par l’intermédiaire d’un éditeur. Marin Dacos compare ces carnets de recherche à des séminaires virtuels et permanents, car les chercheurs ont la possibilité de présenter leurs recherches à tout autre chercheur qui a accès au Web et de les ouvrir à commentaires. Abolissant la distance géographique qu’il peut y avoir entre ces chercheurs, les carnets de recherche permettent en outre de favoriser des collaborations qui pourraient difficilement se faire sans le truchement des outils informatiques d’aujourd’hui.

Ce renouvellement des pratiques de la recherche appelle ainsi de nouvelles normes, libres ou open (open access, open data, open commentary), qui témoignent de l’idéologie démocratique des humanités numériques. Le premier THATCamp qui s’est tenu en France (Paris) en 2010, a été suivi par la rédaction d’un manifeste dont Marin Dacos a cité quelques extraits afin de présenter les chercheurs en humanités numériques comme une communauté de pratique, internationale, multilingue, multidisciplinaire, qui s’appuie sur les paradigmes, les savoir-faire et les connaissances de leurs prédécesseurs et œuvre pour le libre enrichissement du savoir. Suivant l’intervention de Marin Dacos, une première question a été posée sur la pratique de la recherche dans le cadre de ces normes open, et notamment sur les risques de plagiat. Pour répondre à cette question, Marin Dacos a expliqué que la publication en ligne et ouverte de tout travail de recherche rend ce travail plus visible, et son auteur avec lui ; contrairement aux idées reçues, il est donc moins aisé de plagier une idée ou une réflexion en open access qu’un travail publié dans une revue dont le tirage est davantage limité.

Enfin, la dernière partie du rapport de Marin Dacos sur les humanités numériques a été consacrée à leurs infrastructures et aux déficiences qui leur sont liées. Un sondage effectué en 2012 montre que les principaux centres de recherche sur les humanités numériques sont répartis sur les continents nord-américain, sud-américain, européen et australien. Ces centres souffrent généralement de précarité dans la mesure où ils sont souvent constitués à l’occasion d’un projet spécifique, et une fois celui-ci achevé, aucune structure ne prend le relais pour continuer d’exploiter les laboratoires et conserver leurs résultats. En France tout particulièrement, les humanités numériques pâtissent de la forte séparation des programmes entre recherche (pure) et unités de service. Une autre faiblesse de la discipline concerne le multilinguisme de leurs projets : un rapport de 2012 également montre que la majorité des experts sollicités dans le monde sont les chercheurs anglophones (ou dont les recherches sont effectuées en anglais). Les recherches dans les autres langues (français, espagnol, allemand, italien…) restent isolées et relativement invisibles sur la scène mondiale des humanités numériques.#

Ainsi, c’est indirectement la question de l’autorité culturelle que ces problèmes fonctionnels soulèvent, et sur laquelle l’audience a demandé que l’on revienne à la fin de la présentation. Pour clore son propos, Marin Dacos a avancé quelques recommandations qui contrebalanceraient le poids de la recherche anglophone sur les autres : favoriser un anglais communicationnel de type globish, qui ne mette pas en difficulté les interlocuteurs dont l’anglais n’est pas la première langue ; développer des centres de recherches dans les universités et les établissements d’études supérieurs en France ; soutenir les recherches francophones dans le monde par délivrance d’allocations ; réfléchir sur la professionnalisation des formations en humanités numériques. Communauté de chercheurs en sciences humaines et sociales au Moyen-Orient, jusqu’à présent à l’écart des projets en humanités numériques, nous ne sommes pas insensibles à la réflexion entamée par la présentation de Marin Dacos sur le caractère démocratique de cette nouvelle discipline et sur la question de l’autorité culturelle. Communauté francophone, et surtout multilingue, ces dernières propositions nous laissent toutefois un peu sur notre faim et rendent évident qu’il est impératif, afin de trouver une place dans la sphère mondiale des humanités numériques, d’exploiter ces nouvelles techniques à notre profit.

 

* Roberto Busa fut le premier à utiliser les outils informatiques dans les années 1940 afin d’étudier l’œuvre de Thomas D’Aquin.

# Pour voir les cartes de la répartition des centres de recherche dans le monde, on peut consulter en ligne le support de la présentation de Marin Dacos qui est public : https://fr.slideshare.net/revuesorg/rapport-humanites-numeriques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *