Humanites numeriques

Chères toutes, chers tous,

L’Ecole doctorale en Lettres, Sciences Humaines et Sociales de l’Université Libanaise a consacré l’après-midi du vendredi 16 janvier 2015 pour réfléchir sur la question de la culture numérique, ou plus particulièrement des « humanités numériques », et ses outils.

Trois interventions ont eu lieu :

Pour commencer, Fady CALARGÉ, a proposé une définition de la culture numérique. De plus il a expliqué les concepts clés de cette appellation liée intimement aux outils que la nouvelle technologie met à la disposition de tout chercheur. Ensuite, il a présenté le site de la Master Class de Beyrouth qui a eu lieu les 18 et 19 juin 2014 à l’Université Saint Joseph et le 20 juin à l’Université Libanaise. Il a présenté également le « Groupe de chercheurs interuniversitaires francophones (GCIF) ». Il s’agit d’un groupe que les doctorants ayant suivi la Master Class ont créé sur Facebook. Il a enfin ouvert un horizon en posant la question de savoir pourquoi il y a eu échec au niveau de l’utilisation de ces outils technologiques dans certains pays.

En deuxième lieu, Fatima DAMAJ. Pour une meilleure interaction avec le public présent, elle a jugé bon de corréler ce qui a été dit de cette encyclopédie en ligne lors de la Master class avec le débat  qui l’a suivie lors des tables rondes et d’évoquer le rôle de la langue arabe sur ce site.

Suite à une présentation générale du logiciel Wikipédia, elle a énuméré les étapes à suivre pour modifier le contenu d’une page. Elle a, en outre, parlé de la langue arabe qui figure au 27 ème rang avec 154 mille articles tout en sachant que les arabophones comptent 354 millions dans le monde !

Enfin, dans la dernière partie, elle  a lancé une des problématiques qui  ne cessent d’alimenter les réflexions sur ce qui est connu sous le nom de « open Edition » : la démocratisation de l’information favorise- t-elle la construction d’une culture ou, au contraire, engendre-t-elle le chaos ?

Enfin, Ziad JALBOUT, a présenté le programme de gestion des références Endnote. Son intervention s’est caractérisée par son côté pratique. Il a expliqué, étape par étape, comment on fait entrer les références d’une bibliographie et comment les organiser pour enfin les intégrer à un document Word.

Le public n’a pas manqué d’interaction. Certains ont posé le problème de la difficulté de l’utilisation de ces outils de la nouvelle technologie en langue arabe. Pour d’autres, le problème du manque de contact entre les membres de la communauté scientifique libanaise est un véritable handicap. Enfin, pour la majorité, une formation d’initiation à l’utilisation de ces outils technologiques est nécessaire. Bref, un bon contenu qui pourrait servir à planifier de prochaines activités académiques.

Comme convenu avec les personnes présentes à cette demi-journée, je vous envoie, en pièces jointes, les présentations PowerPoint des trois intervenants.

Bien cordialement.

Fady CALARGE

1. MasterClass de Beyrouth2. Wikipedia3. Wiki4. Endnote

IMG_3434 IMG_3443 IMG_3447